Bilan du Championnat HMB Soft 2017

La FFMSF a voulu présenter une équipe au premiers Championnats du Monde des club HMB Soft, le 25 novembre 2017, à Prague. La compétition était ouverte aux 12-17 ans : une équipe de quatre jeunes français s’est constituée.

« Historical Medieval Battle International Association » (HMBIA) est la principale fédération internationale gérant la pratique du béhourd, le combat en armure XIVe-XVIe siècle. Jusqu’alors associée à l’IFMSF pour la pratique du combat soft pour les jeunes, ils ont décidé cette année de s’autonomiser et de proposer leur propre compétition internationale de « HMB Soft », avec des règles très proches du Modern Sword Fighting.

C’est ainsi que se sont tenus les premiers « Championnats du Monde des clubs HMB Soft », dans la capitale Tchèque.  C’était une compétition entre club, mais nous y sommes allé au nom de la FFMSF, car le groupe était constitué de membres de différentes associations : Jules, Tristan et Marine du club Les Ecuyers du Marchidial, et Thomas, du club Les Loups de Saint Germain l’Herm.

 

60 combattants, issus de 20 équipes, venus de 10 pays différents, sont présents. Les récompenses font envie à plus d’un…

 

Article (en anglais) publié sur le site des organisateurs : « Ouverture du Championnat du Monde HMB Soft »

 

Marine Montmory

En junior, Marine a combattu dans la poule 1 contre trois autres filles. Malgré son statut de grande débutante, Marine tenait à participer à cette compétition : la dernière, avec Minsk en mars 2018, où elle pouvait encore combattre en catégorie jeunesse. La saison prochaine elle passera chez les seniors.

Elle est donc venue en tout connaissance de cause : elle s’attendait à perdre lourdement. Et c’est ce qui s’est passé !

Défaite contre Lappo Alina (club « Sword », Russie) : 4/60

Défaite contre Iargina Anastasia (club « Northen Wolf », Russie): 6/46

Défaite contre Wiktoria Oles (club « Orzesze Niepokorni », Pologne) : 15/42

La compétition a été remportée par Svatlana Chursinova (du club russe “Tannenberg”, issue de la poule 2). Lappo Alina et Iargina Anastasia, deux de ses adversaires de poules, complètent le podium.

Marine n’a pas à rougir de son parcours. Elle a appris, dans la douleur ! Mais vouloir combattre à Minsk semble malheureusement vraiment irréaliste…

Article (en anglais) publié sur le site des organisateurs : « Les combattantes féminines parlent du Championnat »

 

Tristan Assailly

Dans la poule 1 minime, Tristan ouvre la compétition en remportant son premier combat contre Artem Borisovskii (Club « Citadel », Moldavie) 10 à 4. Plein de confiance, Tristan est un des meilleurs combattants de son club, peu habitué à perdre dans les nombreux sports qu’il pratique, et cette entrée en matière le conforte dans son objectif d’aller loin dans la compétition.

Désolé ! Pas de vidéo de ce combat…

Mais son deuxième combat ne se termine pas comme il l’avait prévu : défaite 4 à 10 contre Michael Motivilov (club MSVK, Allemagne).

Tristan est énervé et en larmes. Malheureusement pour lui il doit enchaîner son 3e combat dans la foulée. Encore touché par sa défaite et totalement déconcentré, Tristan ne peut rien faire et, malgré une belle énergie, perd de nouveau 4 – 10 contre Daniel Virolainen (club « Tannenberg », Russie).

La leçon est rude : le haut niveau international est différent du bon niveau local. Il est effondré et reste de longue minute prostré à ruminer sur ses combats ratés.

Pour son entraîneur, c’est difficile aussi. Dans l’incapacité de remettre son combattant en bonne condition mentale à temps, la défaite était inéluctable. Tristan n’a pas pu défendre ses chances et n’a pas eu le temps de « vivre » ses combats : le technique a été éclipsé par le psychologique. Il termine à la troisième place de la sa poule et est donc éliminé.

Voyons le bon coté des choses : nous savons maintenant qu’il faudra particulièrement travailler la préparation mentale de ce combattant !

 

Jules Charles

Ayant commencé notre discipline sportive en septembre dernier, Jules n’a pas d’objectif sportif sur ce tournoi autres que de découvrir le haut niveau et apprendre de ses confrontations.

Son premier combat, dans la poule 2, est lourdement perdu 2 à 10 contre Sevastian Vasilyev (club « MARV », Russie). Jules est trop lent, il subit le rythme imposé par son adversaire.

Désolé ! Pas de vidéo de ce combat…

Le deuxième voit un Jules plus combattif qui fait meilleure figure et perd seulement de 3 points : 7-10 contre Rodion Sobolevskyi (club « MSKV », Allemagne).

Jules profite bien de ses combats, il n’est même pas affecté par ce deuxième combat qui était à sa portée et qu’il a perdu de peu.

Comme Tristan quelques minutes avant, il doit enchaîner son troisième combat dans la foulée. En meilleure condition psychologique, il livre un combat acharné contre Marek Splichal (club « SKSKBP », République Tchèque) qui porte ses fruits puisque Jules remporte ce dernier duel 10 à 6 (contre un gaucher en plus) !

Très satisfait de cette victoire inattendue, Jules fait le plein de renforcement positif.

Malheureusement, comme Tristan, une seule victoire sur 3 combat ne lui permet pas d’accéder au tour suivant.

 

Thomas Guilly

Pas de français en poule 3, nous attendons donc le tour de la poule 4 pour l’entrée en lice de Thomas, le plus expérimenté du groupe : il est dans sa deuxième année de pratique et était monté sur la 3e place du podium aux Championnats d’Europe 2017. Malheureusement pour lui, son club est en sommeil et il n’a pas pu bénéficier de bonnes conditions d’entraînement depuis septembre. Ses acquis et la motivation suffiront-ils ?

La compétition commence difficilement par une première défaite contre Artem Shuev (club « Knyazhiy styag », Russie) 6 à 10. Pas décontenancé pour autant, Thomas a cette force de ne pas être touché par l’extérieur et de rester constamment concentré.

Le deuxième combat est lui aussi difficile. Très engagé, l’arbitre en chef de la lice, Al Askerov, arrête plusieurs fois le combat pour signifier aux combattants des avertissements pour coups non réglementaires. Thomas frappe trop bas : contrairement aux règles IFMSF que nous suivons en France, en HMB Soft les coups sous le genoux sont interdits. Nous avons peur à tout instant que l’arbitre sorte un carton rouge, mais non, ça tient et le combat va à son terme. Les arbitres passent de longues secondes à discuter entre eux avant de prendre leur décision et c’est finalement Thomas qui est déclaré vainqueur 10 à 8 contre Dawid Szablewski (club « Orzesze Niepokorni », Pologne).

La dernière rencontre de poule est une formalité : plus puissant, plus rapide, et plus précis, Thomas remporte son combat 10 à 3 contre Filip Baron (club « Orzesze Niepokorni », Pologne).

Il se classe donc à la 2e place de sa poule derrière Artem Shuev et se qualifie pour les demi-finales.

En demi-finale, il est opposé au premier de la poule 2 : Sevastian Vasilyev, un jeune combattant déjà rencontré à Minsk l’an dernier (malheureusement, les détails des compétitions n’ont pas été publiés, nous ne savons pas quel avait été le score final). Dans le gymnase à Prague, n’ayant pas la liste des combattants adverses avec les scores et les classements, nous n’arrivons pas à identifier son adversaire des phases finales. Thomas ne peut donc rien faire d’autre pour se préparer que de se remettre dans les conditions d’un nouveau saut dans l’inconnu.

Est-ce que ça aurait pu changer l’issu du combat ? Peut-être pas vu le match à sens unique que Thomas a subi. Défaite 4 à 10. Durée du combat : 15 secondes. Thomas s’est fait dominer proprement, totalement perdu face à la vitesse et l’énergie de son adversaire et incapable de réagir pour se mettre au niveau.

Voilà une élimination particulièrement frustrante, aussi bien pour le combattant que son coach (vous avez entendu dans la vidéo l’impuissance de l’entraîneur, voyant son combattant en échec !). Et le parcours des Français s’arrête donc là.

 

Toutefois, même si nous aurions tous préféré gagner un peu plus de combats, il faut remarquer que les garçons n’ont pas été ridicules, loin de là, en évitant tous la dernière place de leur poule. Et notons aussi que Thomas chute en demi-finale contre le futur vainqueur du tournoi, il n’a donc pas à rougir de son élimination.

La podium garçon 12-13 ans :

1ère place : Sevastian Vasilev (Russie)
2e place : Daniel Virolainen (Russie)
3e place : Shuev Artem (Russie)

Article (en anglais) publié sur le site des organisateurs : « Résultats du Championnat du Monde HMB Soft »

 

 

 

Article (en anglais) publié sur le site des organisateurs : « Clôture du Championnat du Monde HMB soft »

Article (en anglais) publié sur le site des organisateurs : « Commentaires de participants »

 

 

Le club Les Ecuyers du Marchidial a publié sur son site un reportage photo des « à-côtés » de la compétition.

2 Replies to “Bilan du Championnat HMB Soft 2017”

  1. Pingback: 2e Championnat du Monde HMB Soft • Fédération France Modern Sword Fighting

  2. Pingback: Deux clubs français au Championnat HMB Soft • Fédération France Modern Sword Fighting

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.